Conférence-débat et exposition photos autour du livre                           Les Langues au cœur de l'exil

Les Presses Sorbonne Nouvelle ont le plaisir de vous convier à une conférence-débat autour de l’ouvrage Les Langues au cœur de l’exil en présence de l’auteure Amal Khaleefa, didacticienne des langues et des cultures et enseignante-chercheuse à l’université de Jordanie.

La conférence-débat se tiendra le lundi 4 mars à  la Maison de la Recherche de l’université Sorbonne Nouvelle en salle Athéna, 4 rue des Irlandais, dans le cinquième arrondissement de Paris, de 16h00 à 18h30. Elle sera suivie par le vernissage de l'exposition de photographies du camp de Zaatari issues du livre.

Amal Khaleefa est enseignante-chercheuse à l’Université de Jordanie. Ses travaux portent sur les langues en contexte migratoire, l’éducation en exil et le transfert transculturel. Son cheminement académique a été marqué par l’ouverture des camps de réfugiés, notamment des Syriens en Jordanie, suite au déclenchement de la guerre en Syrie en 2011. En 2016, elle entame un doctorat en Didactique des langues et des cultures à l’Université Sorbonne Nouvelle, axé sur la réalité sociolinguistique des réfugiés dans le camp de Zaatari. En 2021, elle reçoit le Prix de thèse en Langues et Littératures du Maghreb et du Moyen-Orient, ainsi que le Prix de thèse des Presses de la Sorbonne Nouvelle. Son livre Les langues au cœur de l’exil est le fruit de sa recherche doctorale qui analyse cette complexité humaine. Depuis 2022, elle poursuit ses recherches auprès des migrants en Jordanie, notamment les réfugiés palestiniens dans le camp de Zarqa et les migrants Rohingyas dans le quartier pakistanais.

Exposition photos 

Le Camp de Zaatari : Langues, Éducation, Espace 

À l’occasion du lancement de son livre Les Langues au cœur de l’exil paru aux Presses Sorbonne Nouvelle le 24 janvier 2024, Amal Khaleefa partage une série de photographies captivantes, prises lors de sa recherche doctorale dans le camp de Zaatari en Jordanie. Cette exposition, qui accompagne la présentation-débat du livre, offre un témoignage visuel et complémentaire au texte sur l’univers complexe du camp de Zaatari, de son espace, de son paysage linguistique et de sa vie éducative. 

À travers une vingtaine de photos, cette exposition permet au public d’avoir une vision plus large des réalités humaines et sociolinguistiques complexes qui émergent de la vie dans un camp. Entre l’espace d’isolement et la vie entre-soi des réfugiés, l’exposition vise également à mettre en lumière la résilience des réfugiés, à travers leur dynamique quotidienne, leur attachement au travail et à l’éducation de leurs enfants.

L’exposition reflète une méthodologie ethnographique riche et variée de l’auteure, et surtout les défis auxquels elle a dû faire face pour inclure ces photos, parfois de qualité modeste, à son travail. Elle dégage l’espace vécu et analyse le paysage linguistique, notamment la dénomination des enseignes dans la rue commerçante du camp "Les Champs-Élysées". Outre les photos, il faudrait préciser que l’auteure inclut également les dessins réflexifs dans sa démarche de collecte de données, un dispositif biographique où les participants dessinent leurs rapports aux langues, ce qui ajoute une dimension créative à son travail. 

Cette exposition est ainsi une invitation à plonger dans l’univers complexe et souvent méconnu des camps de réfugiés, à travers le regard sensible et analytique de l’auteure.

Programme